Éruption du 22 décembre 2021

Éruption du 22 décembre 2021
PLUSIEURS MOIS DE GESTATION…

 

Crise sismique du 18 octobre…

 

Depuis le 20 septembre, la sismicité est en nette hausse. Cette recrudescence d’activité est accompagnée d’autres constats :
• Une inflation de l’édifice (gonflement de la voute dû à l’augmentation de la pression souterraine)
• Davantage de CO2 dans le sol

Contrairement à ce que nous pouvions penser, cette tendance ne va pas se traduire rapidement dans les faits…il faudra encore attendre 3 mois pour que l’éruption survienne!

Le 18 octobre, une crise sismique débute; entre 04h33 et 16h00 heure locale, 627 séismes volcano-tectoniques et 176 séismes de type longue période ont été enregistrés par l’OVPF.
Le lendemain, la crise cesse…

Le 17 novembre, l’activité volcano-tectonique sous le Piton de la Fournaise est marquée par nouvelle une crise sismique entre 18h12 et 18h26, sous la zone sommitale. Au total 42 séismes volcano-tectoniques superficiels localisés sous la bordure nord du cratère Dolomieu sont enregistrés (aucune déformation rapide de la surface du sol, ce qui signifie que le magma n’a pas quitté le réservoir magmatique superficiel.
Suite à cette crise sismique, une augmentation de la sismicité sous la zone sommitale est enregistrée à partir du 22 novembre, avec une moyenne de 6 séismes par jour jusqu’au 22 décembre…




MERCREDI 22 DÉCEMBRE
CRISE SISMIQUE ET ÉRUPTION!

 

“Suite à une crise sismique détectée aux environ de 01h15, le trémor volcanique synonyme d’arrivée du magma à proximité de la surface est enregistré depuis environ 03h30. D’après les enregistrements de l’OVPF, la source de ce trémor est localisée sur le flanc sud dans l’Enclos.
Aucune confirmation visuelle d’un début d’éruption n’a pu être faite pour l’instant en raison des mauvaises conditions météorologiques. Néanmoins la présence d’un trémor montre l’émission de gaz chauds et incandescents en surface, et de la possibilité d’émission de lave à court terme.”

Le communiqué de la Préfecture arrive en début de matinée, les instruments de l’observatoire se sont affolés en pleine nuit, l’éruption attendue depuis le mois d’octobre arrive enfin! elle est localisée dans l’enclos, en face du Piton de Bert, à proximité du cratère Chateau-Fort, et se traduit par 4 fissures de fontaines de lave (Photos de François Martel-Asselin)




L’éruption est facilement visible depuis le Piton de Bert, en marchant depuis le parking Foc Foc; il faut compter environ 1h30 de marche facile.

 

Très rapidement, l’activité se focalise sur une seule des quatre fissures, et un cône éruptif est déjà en train de se former. Les chercheurs de l’observatoire de volcanologie nous donnent les informations suivantes le 23 décembre: “Avec la décroissance des premières fontaines de lave, l’amplitude du trémor éruptif (indicateur d’une émission de lave en surface) a fortement diminué au cours de la journée d’hier, et s’est stabilisée aujourd’hui à environ 30% de son amplitude initiale”.

La coulée de lave en graton a parcouru 2,2 km depuis son point d’émission (et se situe à 2000 m d’altitude environ). Le front de coulée se situe à 550 m du rempart sud, 3,2 km du haut des grandes pentes, 8,1 km de la route, et 9 km de l’océan.

Dés le premier jour, la météo est maussade. Les scientifiques auront peu accès au site les jours suivants, et et la population ne pourra pas beaucoup profiter de cette éruption car les conditions météorologiques vont vite se dégrader, et seront souvent exécrables jusqu’à la mi-janvier…

 

Très vite, à la faveur de la fermeture du cône éruptif, une activité en tunnels de lave se met en place au pied du cône. Ces tunnels s’étendent sur une longueur d’une centaine de mètre avant que la coulée ne ressorte en un chenal unique plus en aval.
Les fontaines de lave sont faibles et peu spectaculaires. Elles dépassent rarement l’extrémité du cône éruptif et sont donc modestement visibles depuis le Piton de Bert (Photo Insulae photography).

 

Photos de Vincent Dunogué

Au fil des jours, l’amplitude du trémor éruptif  fluctue beaucoup, l’amplitude du trémor se situe à environ 30% de son amplitude initiale.
L’activité en tunnel de lave se poursuit également, avec des résurgences ponctuelles de coulées. La coulée principale ressort une centaine de mètre plus en aval. Les fontaines de lave au sein du cône sont faibles et ne dépassent la hauteur du cône (<15 m) que de manière intermittente…
Le front de coulée progresse de moins de 100 mètres entre le 24 et le 26 décembre, et quand on arrive aux premiers jours du mois de janvier, la situation est identique: le front de coulée s’étale mais ne se rapproche pas des grandes pentes, on n’a donc peu de chances de voir la lave se diriger en direction de l’océan Indien.

Le 3 janvier, à la faveur d’une météo plus clémente, notre ami Philippe Seychelles a pu nous envoyer ce cliché qui donne une bonne idée de l’éruption à cette date.

 

LE POINT APRÈS 3 SEMAINES D’ACTIVITÉ

 

L’éruption qui a débuté très calmement le 22 décembre dernier, gagne en intensité au fil des semaines. Les informations fournies par l’observatoire de volcanologie de la Plaine des cafres sont très parlantes. Malgré une météo très mauvaise, on a pu constater que le lac de lave contenu dans le cône éruptif débordait occasionnellement en fonction des ouvertures des tunnels de lave.
Les coulées qui sortent du cône sont bien visibles et spectaculaires, mais le front de coulée n’a pas beaucoup progressé, il reste cantonné sur des pentes douces au pied du rempart de l’enclos Fouqué et n’a toujours pas atteint les grandes pentes inclinées à 40%. La sismicité reste assez importante, la zone sommitale est en déflation (vidange du réservoir magmatique).

Cette éruption relativement “tranquille” va bientôt comptabiliser un mois d’activité. Notre ami Olivier Lucas-Leclin nous envoie à la mi-janvier de très belles photographies (cf. ci-dessus) et trois magnifiques vidéos filmées avec un drône, accompagnées de ce commentaire : “La Fournaise a eu la bonne idée de bien nous faire commencer l’année, en cette période compliquée…Le volcan est étranger aux vicissitudes de notre temps, et c’est fort bien ainsi…”.

Un grand bravo à lui pour ce très beau travail, les images sont saisissantes…

LUNDI 17 JANVIER
Communiqué de l’OVPF-IPGP  Arrêt de l’éruption

 

L’éruption débutée le 22/12/2021 à 3h30 heure locale s’est arrêtée ce jour, le 17/01/2022 à 2h10 heure locale (22h10 heure TU), suite à l’arrêt brutal du trémor volcanique. Aucune hypothèse n’est pour l’instant écartée quant à l’évolution de la situation à venir (arrêt définitif, reprise de l’activité sur le même site, reprise de l’activité sur un autre site), compte tenu de signaux sismiques qui sont toujours observés sous le sommet.

Une fois encore, cette éruption se termine soudainement, comme si l’on avait fermé un robinet! reste à savoir ce qui se passera désormais. Cette éruption modeste dans ses dimensions (volume de lave expurgé, localisation…) laisse pense que l’on n’en restera pas là… Nous n’avons pas eu une grosse éruption ces dernières années, la chambre magmatique n’est certainement pas complètement vidangée. Suite…à la prochaine éruption!

Le cône volcanique baptisé Piton Karay

 

 

La nomination des cônes volcaniques se faisant de manière collégiale entre l’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise, le Parc national de La Réunion et la Cité du Volcan, le nom de « Karay » a été retenu. Ce nouveau cône sera donc connu sous l’appellation de Piton Karay.
Pourquoi le choix de ce nom ?
Le choix de ce nom a été orienté par la forme en marmite hémisphérique du cône volcanique. Lors de l’éruption, il a notamment hébergé un lac de lave débordant à plusieurs reprises des bords du cratère.
Le mot Karay désigne en créole réunionnais une marmite de forme hémisphérique (similaire à un “wok”) avec deux anses sur les côtés. En Inde, cet ustensile de cuisine est généralement appelé “karahi” (du sanskrit kaṭāha) qui fut par la suite créolisé en “caraye” (karay en graphie KWZ). Ce choix de nom permet également d’honorer la mémoire des engagés indiens, qui ont enrichi la langue réunionnaise avec des mots tels que Karay.

Retour en images sur sur cette 2ème éruption de l’année 2021 …

Retour en images sur l’éruption précédente du mois de mars, première éruption de l’année 2021 …

Plan pour vous situer dans la région du volcan

 

Commentaires
Partager
Luc Souvet

PASSAGE EN ALERTE 2.1
ÉRUPTION EN COURS DEPUIS 7H48 CE LUNDI 19 SEPTEMBRE
ENCLOS INTERDIT AU PUBLIC
close