Éruption du 15 septembre 2018

Éruption du 15 septembre 2018
VENDREDI 15 SEPTEMBRE
LA QUATRIÈME ÉRUPTION DE L’ANNÉE DÉBUTE!

Depuis le début du mois de septembre, une inflation (gonflement) de la base et du sommet de l’édifice du Piton de la Fournaise est de nouveau observée par le réseau de déformation de l’OVPF. Cette reprise de l’inflation est accompagnée d’une faible sismicité. Cette inflation est pour l’instant lente et son évolution est suivie de très près…

Cette reprise de l’inflation de l’édifice est synonyme d’une pressurisation du réservoir magmatique superficiel. Les concentrations en CO2 dans le sol en champ lointain (secteurs Plaine des Cafres et Plaine des Palmistes), qui se maintiennent sur des valeurs intermédiaires depuis la fin de l’éruption du 13 juillet dernier dernier, sont en accord avec une remontée profonde de magma. Le changement de tendance observé dans les déformations de l’édifice (reprise de l’inflation) depuis début septembre atteste d’un possible transfert vers de plus faibles profondeurs (vers le réservoir superficiel).

A noter que de telles phases de pressurisation avaient précédé de trois semaines environ l’éruption du 27 Avril – 1er juin 2018, et d’une semaine seulement l’éruption du 13 juillet 2018, avant que le toit du réservoir ne se fragilise et ne se rompt, donnant ainsi lieu à une injection de magma vers la surface et à une éruption. Une éruption semble donc se profiler.




Éruption du 15 septembre 2018, le réveil du piton de la Fournaise pour la quatrième fois
depuis le début de l’annéefilmé par drone par la société ilotdrones

 

15 septembre à 4h45:  L’ÉRUPTION!

 

Suite à la crise sismique débutée à 01h45 heure locale, dans la nuit du 14 au 15 septembre 2018, le trémor volcanique, synonyme d’arrivée du magma à proximité de la surface est enregistré depuis 04h25 environ, heure locale.

D’après les renseignements fournis par l’observatoire volcanologique, l’éruption volcanique est circonscrite à l’enclos Fouqué. La ou les fissures éruptives se sont ouvertes sur le flanc sud du volcan dans la région du cratère Rivals.

LOCALISATION

 

L’éruption se situe à proximité immédiate du Cratère Rivals (à environ 500m en aval du Piton Jasmin formé lors de l’éruption du 27 avril au 1er juin dernier); on la voit parfaitement depuis le Piton de Bert à une heure de marche du parking Foc-Foc

 

Mais comme le 27 avril, l’intensité du trémor diminue très rapidement

 

Dés le 15 septembre, un survol de l’éruption a pu être effectué par une équipe de l’OVPF à 11h (heure locale).
Les premières observations montrent que 5 fissures se sont ouvertes en début d’éruption. Deux sont noyées par les coulées. La partie centrale (2170m d’altitude) est la plus active avec des fontaines de lave de 30 m de haut, d’où s’échappent à 11h deux langues de lave qui fusionnaient plus en aval. A 11h, la coulée a parcouru plus de 2 km mais reste éloignée du rempart de l’Enclos Fouqué.

Hélas, le trémor volcanique décroit très rapidement pour se stabiliser à un niveau faible. Les débits de surface estimés à partir des données satellites sont compris entre 2.5 et 7 m3/s pour la journée du 16 septembre (Photos ci-dessous de Richard Roquejoffre)

Les jours suivants, pas de changement notable: le trémor se maintient à un niveau plutôt faible, le front de coulée se situe toujours dans la partie haute de l’enclos. La coulée continue sa progression vers l’est en ne se rapprochant progressivement du rempart sud de l’enclos Fouqué, comme l’indique cette photographie fournie par l’OVPF

 

Deux jours plus tard, la coulée a parcouru environ 2,8 km et se trouve à 500m du rempart sud de l’Enclos Fouqué. La largeur maximum de la coulée est de 660 m (Photos de notre partenaire RANDO-VOLCAN)

Dimanche 23 septembre
L’ÉRUPTION SE POURSUIT AVEC UNE BONNE MÉTÉO

 

L’éruption est toujours belle et bien visible. L’intensité a diminué au fil de la semaine et le cône principal a tendance à se refermer. La rivière de lave ne descend pas davantage en direction des grandes pentes, elle stagne plutôt au pied du cône en formation. Le débit de lave étant désormais assez faible (1 à 3 m3/s), ce n’est pas encore cette semaine que l’on verra la lave descendre en direction de l’océan!…

Les cheveux de pelé (gouttelettes de lave étirées par le vent, fines comme des cheveux) sont observés du côté de Grand Coude, dans certaines prairies. Il convient de se méfier car le bétail peut être mis en danger (perforations des intestins…).

Du côté des mauvaises nouvelles, la Préfecture interdit la circulation des bus sur la route forestière (donc après la cité du volcan) ce qui interdit au passage l’accès des scolaires qui auraient pu voir, pour la plupart, la première éruption de leur vie dans des conditions idéales; quel dommage…

PETIT A PETIT, L’ACTIVITÉ EN SURFACE EST DE MOINS EN MOINS VISIBLE…

 

 

Comme le montre bien cette photo de Frédérick Leveneur prise le 26 septembre, l’activité en surface est de moins en moins visible, le cône continue son édification, l’échancrure vers le sud d’où s’écoulait de la lave depuis le début d’éruption est désormais figée . La zone de fontaines actives est maintenant fermée et le lac est isolé dans une bouche sommitale unique. Les coulées sont conduites par un tunnel et ressortent par des résurgences situées à environ 150m en aval au sud du cône.
Les débits de lave en surface estimés se maintiennent entre 1 m3/s et 2 m3/s sur les dernières 24h (source OVPF)

 



Mercredi 3 octobre: les gaz pistons sont enregistrés…

 

L’éruption se poursuit. L’intensité du trémor volcanique est restée relativement stable sur les dernières 24h . Néanmoins depuis environ 04h30 heure locale ce jour, des gaz pistons (« bouffées de gaz » ou « bouffées de trémor ») au niveau du site éruptif sont enregistrés par les sismomètres de l’OVPF. Ces « gaz pistons » marquent un changement de régime dans le dégazage de l’éruption, et sont généralement observés lorsque la quantité de gaz disponible s’épuise, et souvent synonyme d’une décroissance d’activité en surface.

– Aucun séisme volcano-tectonique n’a été enregistré au cours de la journée du 2 octobre

– Une inflation (gonflement) de l’édifice, témoin de l’influence d’une source de pression à l’aplomb du volcan, est toujours perceptible.
– Les débits en surface estimés à partir des données satellites sont compris entre 1 m3/s et 3 m3/s sur les dernières 24h.

– Un survol du site éruptif hier (le 2 octobre) par une équipe de l’OVPF, fait état d’une activité de surface en baisse avec de rares projections de lave au niveau de l’évent éruptif (cf. photo de l’OVPF ci-dessous), et des résurgences de lave depuis le tunnel de lave principal de faibles extensions (< 600 m).

 

 

Impressionnante! cette photo de Brieuc COESSENS prise au même endroit…432 heures plus tard; soit avec 18 jours d’écart.

L’ÉRUPTION PERDURE MALGRÉ LA PLUIE!

 

Depuis le 19 octobre, l’activité volcanique reste régulière avec un trémor constant, faible, mais toujours stable.
Aucun séisme n’est enregistré les 20 et 21 octobre, l’inflation de l’édifice est toujours enregistrée. Cette inflation témoigne de la mise en pression d’une source localisée sous les cratères sommitaux (Bory-Dolomieu) à 1-1,5 km de profondeur, liée à la réalimentation du réservoir superficiel par du magma plus profond.
Les débits en surface n’ont pas pu être estimés ces derniers jours.
Une reconnaissance de terrain effectuée hier par les scientifiques de l’observatoire de volcanologie au piton de Bert, confirme la présence d’un fort dégazage ainsi que de quelques résurgences de lave au niveau de l’évent éruptif.
La météo est mauvaise sur toute la Réunion, avec même un avis de fortes pluies…

UNE FIN INÉLUCTABLE

 

Progressivement, l’activité diminue et n’est pour ainsi dire plus visible. Le cône édifié fume abondamment, et les coulées en tunnel ne laissent voir que quelques lueurs la nuit tombée…

 

 

Il faudra attendre le jeudi 1er novembre pour que la Préfecture déclare la fin de cette éruption: “Depuis minuit heure T.U., soit 04h00 heure locale, le 01 novembre 2018, plus aucun signe d’activité n’est enregistré au Piton de La Fournaise.
L’éruption débutée le 15 septembre 2018 à 04h25 heure locale s’est donc arrêtée ce jour, le 01 novembre 2018, à 04h00, heure locale”.

Quelques semaines plus tard, ce nouveau cône volcanique sera baptisé “le Piton Honoré”, du nom de l’écrivain disparu récemment à l’âge de 79 ans. L’Observatoire volcanologique du piton de la Fournaise, le Parc national de la Réunion et la Cité du volcan se sont accordés sur cette dénomination,  selon une tradition rétablie en 2015.

 

Merci à nos partenaires et amis photographes pour leur partage, en particulier :

 

 

D’autres superbes images toujours proposées par la société ilotdrones

 

Commentaires
Partager
Luc Souvet